Ce que nous savons du scorpion – partie 3

news_Scorpion_Part_Three_city_of_titansPartie III

(partie II)

Rappel des règles de publication

Membres notables :

Le leadership propre à Scorpion reflète la créature dont il tire son nom. [Note de l’éditeur : la section sur la légendaire tête du Scorpion a été supprimée. Elle était inutilement lyrique et ne respectait donc pas les consignes de contenu de CapeChaser, mais a été laissée en dépit de multiples avertissements. De plus, elle nécessite plus de citations.] Serqet, une méchante qui est d’abord apparue dans Titan City dans les années 1930, est la tête du Scorpion, son chef de terrain et son visage public, chargé de mettre en œuvre ses plans et de diriger les espions et les intrigues de Scorpion.


Il aura fallu quatre jours à Anthem pour s’informer de la situation avec Rick Henshaw, rédacteur en chef du wiki CapeChaser. Au début, elle avait ri de la témérité de la chose mais ensuite elle s’était mise vraiment très en colère à cause du risque encouru de la «mise en danger d’un civil». Après ça, il lui fallu deux heures pour trouver Codebreaker et lui poser des questions importantes et pertinentes sur le rôle qu’elle avait joué dans tout cela.

– “Codebreaker. Tu as faussé les références d’un homme pour l’envoyer dans une base du Scorpion. » Ce n’était pas tourné comme une question. Codebreaker hocha la tête sans un mot.

– “Ex militaire ou pas, tu as mis un civil en grand danger.” Une fois de plus, Codebreaker hocha la tête.

Anthem donnait à sa co-équipière l’occasion de s’expliquer tout en étouffant les questions contre-productives qu’elle souhaitait lui poser. Elle ne comprenait pas Codebreaker, comme la plupart des gens d’ailleurs, mais ce n’était pourtant pas faute d’essayer. Cependant, elle respectait une chose chez elle, d’ailleurs, c’est un aspect qu’elles partageaient. Elles ne mentaient à personne et demandaient aux gens d’en faire autant avec eux. Dans le cas de Codebreaker, ça ne signifiait pas pour autant qu’elle était facile à comprendre.

Quand Anthem pensa qu’elle avait assez attendu, elle prit une profonde respiration et continua : »Pourquoi tu as fait ça ? »

– “Il était rouge” répondit simplement la petite héroïne.

Anthem fronça les sourcils. Codebreaker ne percevait pas le monde comme les autres ou, du moins, pas uniquement comme les autres. Elle devait percevoir les formes comme une seconde source d’informations sensorielles – les couleurs, les sens ou d’autres sensations qui n’avaient de signification que pour elle. Cette capacité permettait au détective de comprendre les choses avec une aisance incroyable, d’élaborer les conclusions précises et utiles et bien plus rapidement que la plupart des gens ne pouvaient le faire. Cependant, expliquer aux gens ce qu’elle apprenait grâce à cette capacité était une autre paire de manches, la grande partie des sensations qu’elle ressentait ne s’expliquait pas facilement.

Cette fois, c’était facile, surtout pour quelqu’un qui la connaissait. « Tu affirmes qu’il était en danger ?  »

Codebreaker acquiesça, peut-être un peu vivement. « Quand je l’ai suivi et que je lui ai parlé, tout concordait. Huit meurtres au cours des mois précédents dans TitansCity. Tous s’était approchés des Scorpions, même si la plupart ne le savait pas. »

Anthem n’avait pas besoin qu’on lui dise ce que cela signifiait. « Bloodwatch est en ville ».

Hochement de tête.

« Et tu penses qu’il en a après cet homme ?  »

Autre hochement de tête. « Et je pense qu’il est en sécurité sous un pseudonyme à l’intérieur de l’organisation du Scorpion. Bloodwatch ne le cherchera pas là. Pas tout de suite. »

Anthem soupira. “Espérons que tu aies raison. On ne sait pas quel traitement brutal il a pu subir. »


 » Bienvenue dans une nouvelle glorieuse journée d’apprentissage des méthodes du Scorpion, soldats ! « 

Rick Henshaw – ahem, Rick Martinez, se dit l’homme vivant sous un pseudonyme – visionna la vidéo une fois de plus. Celle sur les casques et l’importance de les utiliser de certaines façons et pas d’autres, si tant est que le titre de la vidéo devait être pris au sérieux. Bien qu’ici, tout était vraiment dur à croire. Par exemple, prenez la femme sur l’écran ; il savait que c’était Serqet, le plus gros bonnet des Scorpions. Il savait aussi qu’elle n’avait pas changé depuis qu’elle avait été prise en photo dans les années 30. Elle était foutrement encore bien fichue pour une femme qui approchait au moins les 150 ans.

Il y eu beaucoup d’épreuves ces derniers jours. Il décida de ne pas participer à la partie des entrainements physiques en passant une série de tests pour mesurer ses capacités à courir, à grimper, à combattre et à tirer. Il avait quand même décidé d’effectuer un entrainement physique facultatif après avoir passé, de justesse, les différents tests. Ce volontarisme lui avait valu les félicitations des différents instructeurs qui avaient apprécié son « dévouement à la cause ». Rick ne ressentit pas le besoin de souligner que la cause qu’il avait embrassé était celle de sauver sa peau, plus encore s’ils pensaient qu’il était à fond ou un truc dans le genre.

« 4 jours d’endoctrinement », grommela Rick en son for intérieur. Il n’y avait nul autre endroit sur pour rouspéter ici d’ailleurs. « Oh, désolé, est-ce que j’ai dit endoctrinement ? Je voulais dire entrainement. »

Passer des tests, encore et toujours, indiquait qu’il était dans une voie rapide et qu’il avait été jeté directement dans l’apprentissage d’être un sbire dans une gigantesque armée terroriste ce qui, admettons-le, était ce pour quoi il était venu ici.

Le rédacteur en chef du CapeChaser griffonna quelques notes sur son pad pendant que la vidéo tournait, notant ce qu’il pensait être les parties les plus importantes et particulièrement les parties qu’il pensait ne pas retenir. Il y en avait beaucoup, il s’en redait compte car il n’était pas habitué à la façon de penser de cet endroit.

Vraiment, il n’était pas habitué à beaucoup de choses. Il résista à l’envie de se gratter le mollet. Cette nouvelle prothèse de jambe, qui lui avait été mise pour remplacer celle qu’il avait perdu, était un des premiers événements qui s’était produit ici. Globalement, il pouvait bouger et avait les mêmes sensations qu’avec une jambe naturelle à la différence que celle-ci était chromée. C’était le genre de prothèse qu’il n’aurait jamais pu s’offrir et maintenant qu’il l’avait, il ne savait pas très bien ce qu’il devait en faire.

A contrario, il savait qu’il pouvait désormais broyer des noix entre ses orteils, au cas où il aurait besoin d’un numéro en soirée.

Il secoua la tête et se concentra à nouveau sur la vidéo de présentation. Il y avait 2 phases principales dans cette méthode d »apprentissage. Le coeur devait être la partie la plus informative. Des trucs sur les procédures et les devoirs et ce que, en tant que membre du Scorpion, étaient cos prérogatives. Cependant, les différentes sections étaient toujours entrecoupées de scène d’encouragement étrange d’une jolie brune.

« Donc, une fois de plus soldats, je salue l’intelligence de votre choix ! Je suis certaines que vous n’aurez aucune difficulté à utiliser l’armure carapace, armure qui vous permettra de rétablir les choses ! »

Rick devait presque avoué qu’il admirait le travail qu’elle faisait. S’il n’était pas venu ici  en s’attendant à de la propagande, il ne s’en serait peut-être pas rendu compte lui-même. L’image que peignait Serqet s’effectuait par strate. Elle connaissait les gens qui vous garde de devenir ce que vous pouvez, ces gens qui vous retiennent. Les gens qu’elle voulait que vous haïssiez pouvaient être n’importe qui. Un coup d’oeil sur le côté et n’importe qui de n’importe quelle croyance, couleur, faction de n’importe quelle nation pouvait tomber dans cette boite narrative qu’elle avait construit dans le coeur de chaque recrue du Scorpion. Une fois installée ici, la recrue aurait quelqu’un a haïr et assez de ressentiment pour décider qu’ils avaient besoin de Scorpion pour ce venger  et suffirait probablement à les tenir ici jusqu’à ce qu’ils deviennent loyaux à Scorpion dans son propre intérêt.

Il jeta un coup d’oeil aux autres. Ouais, la plupart gobait tout. Ceux qui ne se laissaient pas avoir étaient de ceux qui voulaient faire du travail alimentaire sans pour autant devenir freelance mais ils voyaient clairement l’attrait de ce qu’on leur déblatérait. D’une façon ou d’une autre, il fallait que quelqu’un soit sérieusement tordu pour adhérer à ce qui était dit.


Bloodwatch était accroupi sur un toit, observant l’appartement où vivait sa cible. En attendant des signes de mouvement, il méditait sur le court de sa vie. C’était l’une des nombreuses compétences auxquelles Bloodwatch était exceptionnellement doué. La plupart des autres impliquait de tuer des gens.

La cible de l’assassin semblait absente. Durant les 8 dernière heures, il n’avait pas été chez lui. Avait-il compris, d’une façon ou d’une autre, qu’il était une cible ? Est-ce que le cruel et terrible destin lui renierait même ça ?

Bloodwatch était probablement le meilleur assassin du monde et c’était un domaine étonnamment compétitif. c’était aussi la pointe du dard du Scorpion, la partie responsable de l’élimination des menaces particulières, et Bloodwatch voyait des menaces particulières un peu partout. Il savait se montrer patient mais quelque chose le tiraillait alors il se redressa pour enquêter.

À peine se fût-il exécuté qu’il devint la cible d’une vague de lumière qui passa juste à droite de là où se trouvait sa tête s’il ne l’avait pas vu venir. Il connaissait cette lumière, il savait, avec aigreur, que cette explosion d’énergie au style chauvin était la signature de celle de son ennemie jurée, Anthem.

La Paragon percutât Bloodwatch, épée contre épée, le poussant irrémédiablement à traverser le toit. Il se dégagea de son attaque et fit un saut périlleux au-dessus de la ruelle et atterrit sur le toit de l’immeuble d’à côté.

« Alors, » grommela-t-il. « Tu es venue m’arrêter encore une fois n’est-ce pas ? »

Anthem acquiesça simplement. Il fut un temps où elle aurait charrier Bloodwatch. Il fut un temps où Bloodwatch était, au moins dans les termes, un héro et elle aurait voulu lui dire de ne pas se fâcher ou, au moins, de ne rien faire de stupide. Tout cela s’était finit il y a des années lorsque l’homme a abandonné totalement l’héroïsme et est devenu un assassin. C’était l’une des choses qu’Anthem ne pouvait pas supporter chez cet homme.

Anthem lança un nouveau rayon de lumière pour lui donner à réfléchir tandis qu’elle fonçait sur lui en utilisant son épée. « Je vois de quoi il s’agit. » gronda son adversaire, parant la lame et esquivant son coup de pied suivant. « Tu veux juste t’assurer que je ne peux rien faire. » Elle pressa l’attaque mais il évita de justesse ses mouvements. « C’est comme à la bonne époque. Tu ne me laissais jamais une chance !  »

Ça aussi, c’était quelque chose qu’Anthem ne supportait pas chez lui. Elle était plus rapide et plus forte que lui mais quelque chose dans son équipement cybernétique permettait à l’assassin de se concentrer sur plusieurs choses en même temps. Il était capable de suivre ses attaques avec aisance et, pire, il était capable de faire un monologue dans le même temps.

« S’il te plait arrête de parler » demanda Anthem entre ses mâchoires serrées alors que leurs armes forçaient l’une contre l’autre.

 » Juste parce que tu étais trop faible pour gérer la vérité sur … »

« Assez, arrêtes de parler. »

« … et en plus, votre soi-disant justice est… »

Anthem agrippa une unité d’air conditionné et frappa son adversaire avec. C’était suffisamment grand pour qu’il n’ait pas la possibilité d’en réchapper même en ayant vu venir le coup.  L’attaque envoya valser son adversaire dans les airs, au-delà du bord du toit. Anthem se dit qu’elle demanderait à particule s’il pouvait réparer cette entrée d’air conditionné pour ne pas avoir à la rembourser. Elle regarda au-dessus du bord du toit mais la ruelle dessous était vide. C’était quelque chose qu’elle avait appris sur Bloodwatch ; à la seconde ou le combat ne tourne plus à son avantage, il disparait à moins qu’il y ait quelque chose à y gagner. Et la raison à sa venue sur les lieux était de le lui faire comprendre qu’il ne gagnerait rien.

Bloodwatch s’enfuit en descendant l’allée et se fondit dans les ombres. Il savait que ce combat ne lui servait à rien et même s’il rageait de pouvoir frapper Anthem, il était assez intelligent pour reconnaitre une perte de temps lorsqu’il en voyait une. Il reviendrait et jetterai un oeil plus tard. Apparemment les Paragons lui cachaient désormais sa proie ? C’était intéressant songea-t-il. Comment ont-ils découvert ça ? Qui a rassemblé les pièces ensemble ?

Mais vraiment rien de tout cela n’avait d’importance, il trouverait la cible, il le devait. Rick Henshaw était le dernier.


Écrit par William ‘Robin’ Strickland

Discussion sur le forum général

Discussion sur le forum FR

 

Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Qu'en dites-vous ?