Une promenade matinale dans le skypark de Zukunft

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur reddit
Reddit

Cette semaine, nous vous présentons une autre actualité sur l’histoire de city of titans. Aujourd’hui, l’écrivain Eric ‘Beamrider’ Pawtowski nous livre un conte du quartier de Zukunft et son skypark que nous n’avons pas beaucoup exploré.

News-Histoires-city-of-titans-une-promenade-matinale-au-skypark-de-zukunft

Une promenade matinale dans le skypark de Zukunft

Le témoin situé au-dessus de la cabine de l’ascenseur retentit lorsque celle-ci a atteignit le niveau maximum avant que la porte ne s’ouvre. Deux femmes apparurent, l’une petite, aux cheveux foncés, dans la petite trentaine, en tenue d’affaires, l’autre d’environ dix ans plus jeune, plus grande, aux cheveux clairs et habillée de façon beaucoup plus informelle. Resserrant leur manteau pour se protéger du froid printanier, elles traversèrent le petit hall, franchirent les portes extérieures et traversèrent le jardin sur le toit. La plus grande se mit au pas de course et traversa en vitesse la passerelle au bord du toit.

« Amelia, tu avais raison ! C’est fantastique ! »

« Bienvenue au Zukunft Skypark. »

Alors que sa compagne souriante la rejoignait, la femme plus grande regardait de haut en bas la longueur de l’édifice. D’une quinzaine de mètres de large, il courait sur toute la longueur de la rue et s’élevait entre les immeubles de bureaux avoisinants, continuant sur plusieurs coins de rue dans les deux sens. Un sentier en plastique foncé serpentait le long du centre, avec des lits de végétation surélevés de chaque côté. Dans les endroits où le sentier s’élargissait pour accueillir des bancs et des tables, la verdure se composait d’arrangements soignés d’arbustes et de petites plantes, bien que seules les premières fleurs du printemps aient commencé à s’épanouir. À d’autres endroits, la végétation était plus sauvage, avec des arbustes plus hauts, des vignes et même des arbres de grande taille, les feuilles tout juste naissantes
« Comment est-ce arrivé ici ? », demanda Joanne.

« C’est une sacrée histoire. Lorsque le District de recherche nord-est a été conçu pour la première fois, c’était censé être la route principale pour les gens qui vivaient et travaillaient ici. Les rues en surface devaient être réservées aux livraisons. »

Joanne regarda les bâtiments environnants. Beaucoup arboraient le style « Moderne » qui aurait semblé futuriste lors de leur conception dans les années 1960. La plupart étaient de la même hauteur que le Skypark, avec des jardins sur les toits et des passerelles de liaison semblables à celle sur laquelle le couple était arrivé. Parmi eux se trouvaient des bâtiments plus récents et plus hauts, dont seuls les plus récents avaient un lien quelconque avec le Skypark.

Amelia poursuivit : « Le hall d’entrée que nous venons de traverser devait être l’entrée principale. »
Joanne fronça les sourcils en regardant d’où ils venaient. « Où les gens étaient-ils censés se garer ? Ou pensaient-ils que nous aurions tous des voitures auto-propulsées en, …quoi, 1970 ? »

« Là-haut. Les jardins étaient à l’origine des parkings, et le pont que nous avons traversé était l’allée. »

« Sérieusement ? », dit Joanne d’un ton incrédule.

« Félicitations. Tu viens de découvrir le plus gros défaut du plan. Personne ne voulait vraiment de routes comme ça. Elle n’a jamais été populaire, pour ainsi dire abandonnée. On peut voir comment beaucoup de bâtiments postérieurs l’ignorent complètement. Après l’ouragan Atlas, cet endroit a été transformé en parc. Le TIAS a eu beaucoup d’influence là-dessus, tout comme EdenTech. C’est devenu beaucoup plus populaire depuis. »

« Je vais le dire. Euh, comment peut-il y avoir des arbres ici ? La terre ne peut pas être si profonde. »

Amelia secoua légèrement la tête. « C’est une erreur courante de croire que les racines sont le reflet de la couronne, en particulier chez les plantes ligneuses à dominance apicale. Les racines latérales n’ont pas autant de gravitropisme… »

« En anglais, s’il te plaît ! »

« Les racines des arbres ne sont pas aussi profondes qu’on le croit. »

Le couple commença à marcher lentement sur le chemin, avec Joanne qui se précipitait d’un côté à l’autre pour y prendre place.

 » Cela fait honte à Philadelphie, et c’est bien mieux que la High Line ! De quoi est fait ce chemin ? »

Amelia martela le plastique avec le talon de sa botte. « La passerelle est le test de durabilité à long terme de l’une des créations les plus astucieuses d’EdenTech. Le photovoltaïque piétonnier : ce sont des panneaux solaires. Tu serais surprise de voir combien d’énergie ils produisent. Tu vois ce truc en forme de champignon là-bas, avec les sièges autour ? »

« La table ? »

« Ce n’est pas seulement une table, la surface recueille la lumière et la canalise à travers le centre, tout le long du pont. Cela fait office de puit de lumière pour que les rues en surface ne soient pas totalement lugubres. » Amelia regarda plus loin dans la direction où ils marchaient. « Quantum Fred’s est à quelques pâtés de maisons d’ici ; un peu tôt pour le déjeuner, mais que dirais-tu de prendre des muon espressos ? »

Agissant toujours comme une grande enfant, Joanne traversa le feuillage jusqu’au bord du parc et jeta un coup d’œil. Une pointe de peur se glissa dans la voix d’Amelia.

« Tu devrais vraiment rester sur le chemin, pas si près de… »

« Je veux juste vérifier où on a laissé les scooters. »

Saisissant le rebord intérieur du mur d’enceinte, elle se pencha par-dessus le bord, assez loin pour que ses pieds se détachent du sol, son corps passant presque à l’horizontale et ses longs cheveux flottant sous la brise.

« Joanne ! Tu vas tomber ! »

« Détends-toi, Amelia. »

Joanne se remit sur ses pieds et retourna vers le sentier.

« Je peux voler, tu sais », répliqua-t-elle à Amelia. « Toi aussi, tu peux. Comment peux-tu avoir le vertige ? »

« Eh bien, tu peux voler depuis presque aussi longtemps que tu sais faire du vélo« , dit Amelia sur la défensive. « Sans parler de soulever des voitures au-dessus de ta tête avant de pouvoir conduire. Je n’ai des pouvoirs que depuis quelques mois. J’ai appris à voler il y a quelques semaines. Je m’y habitue encore. »

La voix de Joanne semblait ennuyée. « Oui et bien, tu n’es pas ma mère, alors … c’est cool, ce sont des petits hélicoptères ? »

« Sûrement un Santiago-Yuri et des gardes, qui vont sans doute quelque part pour montrer combien ils sont ri… »

Amelia recula tout en regardant dans la direction dans laquelle sa compagne pointait son doigt, et vit plusieurs petites machines volantes ornées de fuselages aux couleurs vives, recouverts de laiton poli et de bois, dont les mécanismes en forme de mouvement horloger dépassaient à angles irréguliers des appareils rotatifs.

« Ce sont des Aether pirates ! », étouffa-t-elle. « On dirait qu’ils attaquent les labos de Tyrosine !« 

 » Des pirates ? Cette mouche ? »

« Ils utilisent des jetpacks à vapeur et des petits voiliers comme ceux-ci ; ils opèrent à partir d’aérodromes, de grands dirigeables porteurs. On dirait qu’ils viennent de Dread Reaver. »

 » Des pirates des airs ? Avec des dirigeables !??!« 

Joanne se précipita dans une rangée d’arbres, jetant son manteau et son chandail et révélant ainsi les collants qu’elle portait en dessous, se dépêchant de mettre les accessoires qu’elle sortait de son sac à main. Amelia approcha et parla avec un ton prudent.

« Il y en a beaucoup, et il n’y a que nous deux… »

Joanne ne leva pas les yeux lorsqu’elle enfilait ses bottes.  » PIRATES DES AIRS !!! AVEC DES DIRIGEABLES ! »

Amelia soupira et secoua la tête.

Joanne cacha son sac dans les broussailles et sortit, maintenant vêtue de collants rouges et bleus, des bottes hautes, des gants évasés et une cape gonflée.

« Tu viens ? J’aurais vraiment besoin de tes buffs magiques », dit-elle à sa compagne, vêtue de façon conventionnelle.

Amelia secoua de nouveau la tête, puis leva les bras et virevolta sur place, dans un mouvement rappelant celui d’une danse. L’air autour d’elle oscilla et se remplit d’un torrent de feuilles et d’aiguilles de pin, la masquant momentanément des regards. Ils se dispersèrent alors qu’elle s’arrêtait, maintenant costumée d’une tenue en cuir souple inspirée des costumes amérindiens, couverte de motifs de feuilles, de tiges et de fleurs. Elle portait une veste doublée à manches longues, une jupe jusqu’aux genoux, des leggings et des mocassins. Son visage avait l’air plus jeune, à peu près le même âge que Joanne.

Joanne, dans son costume plus simple et plus lumineux, planait légèrement au-dessus du sentier, regardant en direction des autogyros, tapant lentement un poing dans l’autre main.

« Il est temps d’apprendre à ces pirates à se battre comme une fille ! », grogna-t-elle.

 » Cette fois-ci, essaie de ne pas te blesser « , protesta Amelia en faisant un geste compliqué de la main et décolla avec un coup de vent, dispersant d’autres feuilles dans toutes les directions, mais certaines semblaient suivre dans son sillage.
Joanne secoua la tête en lançant ses cheveux par-dessus une épaule.  » Ça va aller ! Et avec un peu de chance, nous aurons de l’aide en cours de route ! Allons-y ! »


Thank you, Eric


Supportez City of Titans sur Patreon et lisez notre webcomics : https://www.patreon.com/HiJinx
Suivez nous sur Instagram! https://www.instagram.com/missingworldsmedia/
Une pause Ko-Fi pour soutenir nos dev ? https://ko-fi.com/Z8Z06NFG
On a aussi Facebook: https://www.facebook.com/CityOfTitansmmo
et Twitter: https://twitter.com/CityOfTitansMMO/

Discussion officielle ici : https://cityoftitans.com/forum/discuss-tales-city-morning-stroll-zukunft-skypark


Qu'en dites-vous ?

Et si vous lisiez …

Fermer le menu